Fabrication

#2. Fabrication de la Farine de Poisson

Plusieurs procédés voisins sont utilisés, les différences intervenant sur l’existence ou non d’une cuisson préalable au séchage et sur la température au cours des deux étapes.

Le séchage direct, donne la farine blanche de poisson (poisson entier, partiellement vidé, et déchets restant après le prélèvement des filets; teneur en graisses 3 à 6 %).

Le séchage après cuisson (poissons entiers dont l'huile a été extraite par cuisson suivie de pressurage), donne une farine plus foncée.

La température est un paramètre d’importance pour la qualité de la farine (digestibilité des protéines). Des farines LT (« low temperature » 70°C) existent sur le marché. L’humidité maximale est fixée à 10 % pour la stabilité du produit.

Le traitement des poissons maigres fournit de la farine entière tandis que celui des poissons gras permet d’obtenir également de l’huile et des solubles.

Composition élémentaire du concentré de protéines solubles de poisson (CPSP)

Le concentré de protéines solubles de poisson est obtenu par broyage, hydrolyse enzymatique, filtration, concentration et déshydratation de poisson frais (poisson entier ou déchets de filetage). Il renferme, non pas des protéines au sens propre, mais des peptides et des acides aminés qui lui confèrent une solubilité presque totale; digestibilité de l’azote élevée (dN 95 %).

La valeur marchande de la farine de poisson ne se base pas seulement sur la valeur protéique. Elle est tributaire de la demande, de l'approvisionnement et de la concurrence d'autres protéines